Avril

Soyons positifs : Mars gris, avril pluvieux,
Font l’an fertile et plantureux.

Programme:livre.22978

ecriture.22947Le mot de la Présidente :

 

Chers adhérents,

Avec les beaux jours que l’on espère tous voir enfin revenir, le CERGA vous propose de nombreuses activités pour les trois mois qui viennent. Alors pensez à vous inscrire pour les différentes sorties et les stages proposés, en particulier pour la sortie « Sources » programmée le dimanche 14 avril et pour laquelle des places sont encore disponibles

Nous vous avons déjà annoncé l’annulation de la communication du 4 avril, le conférencier Philippe GARIN étant décédé entre temps. Cette disparition que rien ne laissait prévoir nous a bien-sûr très peinés et je renouvelle ici mes pensées d’amitié à ses proches

Notre site internet est toujours bien visité. « La page du mois » est lue par beaucoup de monde et j’en remercie encore une fois les auteurs pour leurs contributions et Corinne pour son remarquable travail de conception.

« Le saint du mois » qui vous est présenté en avril est Saint-Georges que l’on invoque lorsque l’on vit des moments difficiles où que l’on a besoin de courage et d’un bon moral. Alors avec un tel programme …

             Bon trimestre à tous.

    Lucette ROUX, Présidente du CERGA

                       100_8142    100_8142    100_8142

*******

stambour.16914 Rendez-vous du mois :

VENDREDI 5 AVRIL 2013 : Après-midi découverte « Fontanas (Orcines) »

SAMEDI 6 AVRIL 2013 : Repas-débat chez Gérard MICHALET « Comment rester en bonne santé »

DIMANCHE 14 AVRIL 2013 : Sortie en car « Les sources minérales »

LUNDI 15 AVRIL 2013 : Atelier « Initiation au SHIATSU »

Poursuite des activités permanentes :

Atelier :  Qi.mancie

Atelier :  Eglises romanes et symbolique

Atelier :  Géobiologie et radiesthésie

 

******

ampoules

TRUCS ET ASTUCES 

bougies004Pour qu’une  bougie se consume moins vite, placez quelques grains de gros sel à  la base de la mèche.

Hubert Merle.

 *******

 ange.23976Saint du mois : Saint-Georges

Fêté le 23 avril

Introduction

Saint-Georges est vraisemblablement un saint légendaire mais il est vénéré dans de nombreux lieux d’Occident. Il est aussi le saint
patron de plusieurs pays ou villes importants. On le trouve souvent représenté dans les églises d’Auvergne en particulier à la cathédrale de Clermont-Ferrand dans laquelle une chapelle lui est dédiée.

Le nom de Georges est d’origine grecque et signifie le cultivateur.

   Histoire et légende 

Saint Georges naît né en Cappadoce vers l’an 280, de parents chrétiens. Officier dans une légion romaine, il est victime des persécutions contre les chrétiens sous le règne de Dioclétien et meurt en Palestine après avoir subi de terribles épreuves, en 303.

L’épisode de sa vie le plus connu et le plus représenté est celui de son combat contre le dragon : traversant une contrée que l’on situe dans l’actuelle Libye (selon Jacques de Voragine) ou sur les bords de la Mer Noire (selon d’autres auteurs), Saint-Georges y découvre l’existence d’un dragon qui dévore les animaux et exige que les habitants lui remettent chaque jour deux jeunes gens. Ces jeunes sont désignés par tirage au sort. Le jour où Saint-Georges passe dans le pays, c’est la fille du roi que le sort a choisie pour être la prochaine victime du dragon. Mais Saint-Georges décide de combattre la bête. A l’issue d’un combat acharné, et avec l’aide du
Christ, Saint-Georges terrasse le dragon et délivre la princesse. La fin de l’histoire varie selon les versions : dans certaines, le dragon meurt dans le combat, dans d’autres il est simplement blessé et reste attaché à Saint-Georges comme un chien fidèle .

Le tombeau du saint se situe à Lydda (actuellement Lod) près de Tel-Aviv.

Culte

Dès le début du IVème siècle, c’est-à-dire peu de temps après la mort du saint, l’empereur Constantin fait construire une église Saint-Georges à Constantinople.

Dans le même temps, les pèlerins qui se rendent à Jérusalem visitent son tombeau et en ramènent des reliques, contribuant ainsi à propager le culte du saint en Occident.

Mais le culte de Saint-Georges sera durablement lancé par les Croisades. Alors que les Croisés s’apprêtent à livrer la bataille d’Antioche en 1098, le saint leur apparaît monté sur un cheval blanc. Les Croisés le prennent alors pour leur saint patron, ce que feront aussi les Templiers puis tous les chevaliers en général.

En 1191, Richard Cœur de Lion, qui stationne du côté de Lydda, décide que Saint-Georges sera désormais le protecteur de l’Angleterre.

Saint-Georges est également le saint patron de la Georgie et de nombreuses régions ou villes (Ethiopie, Venise, Gênes, Barcelone etc).

  Saint-Georges en Auvergne

Une centaine de communes en France portent le nom de Saint-Georges dont Saint-Georges-sur-Allier et Saint-Georges-de-Mons dans le Puy-de-Dôme, Saint-Georges dans le Cantal (près de Saint-Flour). Il y a également deux communes Saint-Georges dans la Haute-Loire mais Saint-Georges d’Aurac tire en fait son nom du premier évêque du Velay (Saint-Georges du Velay, fin du IVème siècle).

Saint-Georges est très présent dans les églises d’Auvergne, sur les vitraux et dans la statuaire. Comme Saint-Michel avec qui il ne faut pas le confondre (l’archange porte des ailes), il y terrasse le dragon.

La très belle église romane d’Ydes-Bourg lui est consacrée. Construite par les Templiers au XIIème siècle, son portail ouest est orné de deux très beaux bas-reliefs représentant respectivement l’Annonciation et Daniel dans la fosse aux lions.

Une chapelle de la Cathédrale de Clermont-Fd est consacrée à Saint-Georges. Elle est ornée d’une verrière où sont décrits la vie et le martyre du saint. Une fresque dans la même chapelle présente les différentes phases de son martyre, à savoir écartèlement entre deux arbres, déchiquetage par une roue crantée et décapitation pour finir !

Invocation

On invoque Saint-Georges dans les situations où l’on a besoin de courage, de force ou de protection, lorsque l’on peine sans résultat (par exemple quand on est à la recherche d’un emploi pour prendre un cas d’actualité).

Jacques ROUX

 (1)  C’est Eusèbe de Césarée (mort en 338) qui le premier fait le récit de la vie de Saint-Georges, que l’on retrouvera par la suite dans la légende dorée de Jacques de Voragine (XIIIème siècle).

 Lod Israêl

Tombeau de Saint-Georges à Lydda (Lod en Israël)

Paulo Uccelo

Paulo Uccelo (1397-1475) Combat de Saint-Georges contre le dragon.

Raphaël

Raphaël. Combat de Saint-Georges contre le dragon.

St-Georges

St-Georges et le dragon. Salvatore Dali. Château de Pommard en Bourgogne.

Vitrail

Vitrail de la chapelle Saint-Georges à la Cathédrale de Clermont-Fd

Portail

Portail ouest de l’église Saint-Georges d’Ydes-Bourg. Annonciation.

Georgie

St-Georges Cathédrale de Tbilissi capitale de la Georgie

Sources :

 – Les Saints qui guérissent en Auvergne  de Jean-Robert Maréchal Ed Ouest-France).
– La Bible et les Saints  Guide iconographique chez Flammarion
– Savoir à quel saint se vouer  Jacques Veissid Ed. Perrin
– Grand Livre des Saints  Jacques Baudoin Ed. Créer
– Avec nos amis les Saints  Jean Céor
Wikipédia sur le Net
 

*******

« La géobiologie au service des jardiniers d’Auvergne »100_7744

C’est à l’occasion d’une soirée organisée par les Jardiniers de France, (le 18janvier à la mairie de Pont du Château) que Claude Sievert à présenté la géobiologie et les différents phénomènes géobilogiques influençant le développement et la fructification des végétaux. 

Cliquer ici :  livre.22978  pour voir l’article rédigé par Carole Bendotti, paru dans le Paysan d’Auvergne du 8/02/13 .

*******

« Vivre simplement pour que simplement d’autres puissent vivre. »
Gandhi

Les commentaires sont fermés.